Les dés couverts

Les découvertes c’est comme un jeu. Un jeu où il y a des dés, on lance, et on découvre, parfois on est agréablement surpris, parfois non, c’est le jeu.

Découverte de lieux :

El Cafecito 

43 Rue du Grand Marché 37000 Tours

16465272_260163764424609_5542379588652367872_n(1).jpg

Des mois que je passe et repasse devant, des mois que les couleurs et l’aperçu de l’extérieur me donnent envie d’y entrer. C’est enfin chose faite. Honnêtement je ne suis pas fine connaisseuse de café, même si j’arrive quand même à faire la différence entre un vrai café un mon café Senseo plein de flotte.

Une fois la porte passée, j’ai été transporté dans un autre univers, de joie, de couleurs, de bonheur, le temps s’arrête, le sourire des gérants et leurs accents nous font voyager tout comme le café et les pâtisseries (maisons) pour des prix totalement raisonnables (aux alentours de 2€50 pour un café, formule midi à 10€).

J’ai envie d’y retourner encore et encore. Visiblement je ne suis pas la seule, et c’est mérité.

Découvertes de séries :

J’attends impatiemment la nouvelle saison de Glitch, je m’attendais à une série « zombie », mais c’est ne n’est pas du tout ça. Un mixte entre In The Flesh et Les Revenants. J’en veux encore.

Le deuxième épisodes de Riverdale, toujours septique, mais on continue, même si pour le moment le côté Pretty Little Liars/Twilight/Gossip Girls ne passe pas vraiment, l’intrigue est là.

Santa Clarita Diet, avalée d’une traite (sans vouloir faire de jeux de mots), c’est le nouveau Dexter, au féminin, en plus drôle mais aussi en moins bien.

Sense 8 : Une merveille. Des images magnifiques, des moments magiques, cette série est fantastique, je ne peux que la conseiller. C’est du beau, du bon, du bien. Et contrairement aux séries citées précédemment, je n’en trouve pas de similaires.

Découverte de personnage :

Il y a quelques temps, vous avez dû voir passer la vidéo du médecin qui explique pourquoi les docteurs sont toujours/souvent en retard. Causette  a interviewé ce docteur, Baptiste Beaulieu. J’apprends alors qu’il est écrivain et blogueur. Des tonnes de lignes à lire. Des lignes humaines.

Découvertes Lectures : 

Les Culottées, un blog, mais aussi une BD de la grande Pénélope Bagieu. Des vraies histoires de vraies femmes qui ont vraiment fait changer les choses. (Le tome 2 vient de sortir et c’est bientôt mon anniversaire, il va donc sûrement se retrouver dans ma bibliothèque).

les-culottees-mariposas-penelope-bagieu

 

Le Vrai Sexe de la Vraie Vie de Cy, découverte sur Madmoizelle je ne me lasse plus des illustrations, des vérités vraies et de l’humour de l’illustratrice. Une BD avec des pets de fouffe, du Q et de l’a(hu)mour.

14732198_326338297738145_4517042558760380972_n.jpg

Je sais, ça fait longtemps. Je reviens peut être dans 3 – 6 mois, ou demain qui sait ?

Merci aux restants, aux nouveaux ou revenants. Aux patients ou aux passagers.

Galantine

Publicités

Harcèlement

Hello !

Ça fait un moment que je n’ai pas posté, mais je préfère publier quand l’envie m’en prend que de me forcer à écrire des articles qui finalement ne me parlent pas plus que ça.

Aujourd’hui, je veux vous parler du harcèlement sexiste. Chose qui m’énerve au plus haut point. Et dont on parle pas mal en ce moment (à moins que je ne sois abonnée qu’à ce type d’info, ce qui est fort probable), je rajoute mon petit grain de sel :

h

L’autre fois, je suis sortie faire une course, j’avais mis une robe, je me suis maquillée, je me suis sentie belle, j’étais contente de prendre l’air, (et surtout de sortir quelques heures de ma période chômage-jogging-grosses chaussettes – netflix).

Et donc en sortant de chez moi, à peine à 2 mètres de mon portail, j’entends :

-« Hé ! T’es ravissante ! »

J’ai fait mine de ne pas avoir entendu et j’ai continué de marcher, mais ça n’a pas arrêté les deux hommes qui m’ont suivi en parlant plus fort encore :

-« Hé salope, on te parle ! »

J’ai fait mon étonnée en me retournant et en sortant un « Hein quoi ? Comment ? »

-« On te dis que t’es ravissante, la moindre des choses c’est de répondre, pff »

-« Désolée, je n’avais pas entendu… Merci »

Et ils sont partis.

Je me suis dis « vazy la prochaine fois je sors en jogging ! »

Et la seconde d’après j’ai voulu me foutre des baffes !

Mais MERDE !!! Pourquoi je ne pourrais pas m’habiller comme j’aime, me maquiller ou porter des talons, pourquoi je ne pourrais pas me promener dans la rue sans rendre de compte et sans me faire insulter à chaque coin de rue par des mecs qui n’ont aucun respect pour personne !

Deux jours après j’avais un rendez vous pour du travail, bien sapée oblige, je me suis encore fait alpaguer par deux autres mecs. Cette fois-ci ils m’ont suivi un bon moment, mais j’étais tellement dans l’optique de leur sortir une bonne punchline pour leur faire fermer leur clapet, qu’à force de trop réfléchir, ils ont lâchés l’affaire avant que je puisse sortir un seul mot. Mais encore une fois, je me suis fait insultée de tous les noms. Et la première chose à laquelle j’ai pensé, c’est : « Comment je suis habillée déjà ? Je le mérite ? Alors qu’en réalité j’étais habillée tout ce qu’il y a de plus banal (surtout que c’était pour un entretien d’embauche) et que ce n’est pas ma tenue qui fait que.

J’en ai parlé avec des copines, et je ne suis pas la seule à qui ça arrive, on a toutes été concernées, plus ou moins violemment. Nos anecdotes nous on bien fait marrer mais au final, il faut bien l’avouer, c’est frustrant d’être considérée comme un objet, ça fait du mal.  Ça fait du mal, car je sais qu’il y a des personnes qui sont moins fortes que moi, qui peuvent vraiment en souffrir. Nos copains, sont à chaque fois assez sidérés d’entendre nos histoires, pour eux c’est parfois à la limite du croyable. (Genre on se la pète, on est tellement bonnes qu’on se fait harponner toutes les 2 secondes dans la rue et tout le monde nous veux). Mais au final, ils ont peur, Monsieur n’est d’ailleurs plus trop rassuré que j’aille courir seule.

Le harcèlement de rue est un sujet qui me touche, vraiment, allez savoir pourquoi. (Je suis une rebelle dans l’âme). Et j’aurais pas mal d’histoires à raconter à ce sujet (à peu près autant, que de fois où je suis sortie seule ou accompagnée que de filles, et en 24 ans ça en fait !)

Je vous partage d’ailleurs les affiches que Paye Ta Shnek a sorti pour la Semaine Internationale de Lutte contre le harcèlement de rue.

12998581_1054162501345236_4150443611083600386_n

Ce qui m’énerve c’est que nous les femmes, ne pouvons pas nous habiller comme nous le voulons, ne pouvons pas sortir aux heures que nous voulons, seules ou en groupe de filles, se maquiller, faire quoi que ce soit sans que ce soit jugé et interprété.

Une fille se fait violer ? Les premières réactions :

-« Mais il était quelle heure ? Elle devait être habillée de façon vulgaire ? Elle été toute seule dans une petite rue ?! Mais comment on peut être inconsciente comme ça ! »

D’ailleurs, allez lire cet article sur ,Katherine Cambareri, qui a décidé de dénoncer la facilité avec laquelle les gens rejettent la responsabilité sur les victimes en prenant en photo les vêtements que les gens portaient lorsqu’ils se sont fait agressés.

Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à visiter le tumblr de Paye Ta Shnek, vous y retrouverez des témoignages, mais aussi et surtout des conseils sur comment répondre ou comment réagir face à une scène d’harcèlement.

Vous pouvez aussi vous rendre sur le tumblr de Projet Crocodiles, pour lire des bandes dessinées concernant le harcèlement et le sexisme ordinaire.

Et pour finir : Stop Harcèlement De Rue.

En espérant que les choses changent un jour, et que l’actualité (cf : Baupin) nous fasse un peu avancer.

Racontez-moi vos histoires !

Vous avez déjà été victimes, spectatrices, spectateurs? Comment avez vous répondu, fait pour vous en dépatouiller ? Donnez moi vos meilleures punchlines pour contrer ces attaques (attrapez les tous !).

 

A bientôt,

Galantine