Le bonheur des autres

 

Troisieme-prix-du-public-Celia-Dussaussois_exact780x585_l
Photographie de Célia Dussaussois

Quand je sors et que je me promène je passe littéralement mon temps à observer. Je regarde tout, j’écoute tout, j’imagine des tonnes de choses. Je prête attention à des milliers de détails.

Parfois je me fais surprendre entrain de regarder un peu trop dans une direction, parce que je suis ancrée dans mes pensées, je souris, la personne sourit aussi et ça met de la chaleur dans mon petit cœur.

Il y a quelques années je prenais beaucoup le train, et je passais donc pas mal de temps dans les gares. Et j’adorais ça, tout comme me poser sur un banc et voir les gens passer, discuter, vivre. Les gares c’est génial, un peu triste parce qu’il y a les embrassades, les au revoir. Mais il y a surtout les retrouvailles, les gros câlins de bonjour, des copines qui se serrent dans les bras, trop contentes de se retrouver. Des parents qui attendent leur enfant après plusieurs semaines d’internat ou de voyage. Des couples qui se retrouvent, qui se font des sourires, des petits blagues, des gentlemen qui prennent la valise de leur copine, des voyageurs nés avec leur gros sac à dos et duvet, des hommes/femmes d’affaires à fond dans leur travail etc. Les gares c’est plein de vie, c’est mignon.

Tout ça pour dire que je suis vraiment spectatrice des moments de vie, de bonheur de chacun. Voir des enfants jouer, des amoureux s’embrasser, ça me met le cœur en joie.

Je ne veux absolument pas me montrer intrusive, surtout que j’essaie quand même d’être discrète.

Seulement, quand je me rend compte que c’est moi que l’on observe, qu’on me dévisage de la tête en bas, j’ai toujours l’impression que c’est en mal, ça peut me plomber une journée, je panique, je me demande tout de suite ce que la personne pense de moi, je n’ai pas assez confiance en moi pour passer outre.

J’aimerais que toutes les personnes pour lesquelles j’ai vu des moments de vie sachent que jamais au grand jamais je n’ai pensé du mal d’eux. Je suis tellement trop gentille, et pour moi la tolérance est une qualité qui compte tellement. Dans ces moments là je suis dans ma bulle utopique. Pas de critique, juste le pays des bisounours.

J’imagine la vie, le métier des gens, mais toujours en positif. C’est mon moyen de passer une bonne journée.

Parfois quand je vois quelqu’un qui a du style (selon moi), j’ai envie d’aller lui dire « eh j’adore ta coupe », « oh mais tu sens trop bon », « trop cool ton jean » etc mais je passerais pour une tarée alors je le garde pour moi. Et dans ces moments là on me dévisage parce que je bug un peu. Oups.

Enfin je passe pas mon temps à ça non plus hein. 10 min par-ci par-là quand j’attends toute seule, pour passer le temps.

original

J’adore voir ce monde différent et surtout vivant.

Juste un petit article sans importance, mais qui m’a donné plaisir à écrire.

Qu’est-ce qui vous rend heureux/se ?

EDIT :

Comme me l’a fait remarqué la photographe de l’image illustrant l’article, j’avoue ne pas avoir prêté attention aux sources des photos que j’utilise. 

Je fais donc mon Mea Culpa, je ferai attention pour les prochaines fois, promis !!

 Merci de m’avoir fait la remarque afin que je ne reproduise pas les mêmes erreurs.

Cette magnifique photographie vient donc de Célia Dussaussois, je vous invite à découvrir son travail, ça vaut le coup d’œil. 

 

Publicités